CEV Cup : Le Narbonne Volley met un genou à terre

Opposé, les Centurions ont perdu 0 à 3 sets (19-15, 20-25, 22-25) face aux Polonais de Belchatow, hier à l’Arena, en 16e de quart de tour de la Cev CUP. Les Polonais se sont avérés trop forts pour l’armée de Guillermo Falasca.

Cusack ou Belchat ? Une marque de bière étrangère, une spécialité culinaire roumaine, le nom d’un chanteur dépassé, même pas capable de citer le nom de sa petite chanson ? Non, c’est une ville moyenne du centre de la Pologne qui accueille un super club de volley…

Un grand club. Car il n’y a plus de petites équipes à ce niveau de compétition. C’est un cliché sur d’autres sujets. C’est une réalité en volleyball. Belchateau était debout hier soir à l’Arena sur la route de Narbonne Volley pour ce huitième de finale de la CEV Cup. Géant du volley polonais, une référence européenne a éliminé le leader de la Ligue A Chaumont au tour précédent (3-2, 0-3). Il s’agira de savoir si les Centurions pourront faire peur à cette équipe dirigée par l’entraîneur Joel Banks.

Lire Aussi :  Les chiffres clés d'une saison inédite

Il était clair dès le début du match que Belchatow, accompagné de quelques courageux partisans, n’avait pas fait le déplacement depuis le centre de la Pologne pour rire. Ce n’est pas! La bande de Captain Lomax et ses redoutables Bianic, Atanasijevic, Lanza, Kooy et Klose n’en sont pas moins des atouts. Et fort! Dans le premier set, il a frappé durement Narbonneise au sol. Les Polonais étaient inexorablement en avance sur la concurrence.

Malgré les attaques réussies de Geoffroy, Ferragut, le tranchant Vettori et Rivas, rien n’y fait. Clôturant la cérémonie d’ouverture par un missile d’Atanasijevic, cette polonaise aguerrie et familière des Jeux européens est difficile, difficile à résister (19-25). Car Narbonne sera toujours Narbonne, et dans l’Arena, temple magique, irrationnel et glorieux – on pense à la mémorable finale de Challenge Cup remportée contre Ankara en mars dernier – les Narbonnais n’ont pas dit leur dernier mot. Wack, le deuxième set démarre en trombe… espoir de courte durée… Les Polonais appuient sur l’accélérateur pour repartir très vite.

Lire Aussi :  Marquez roi des pilotes victorieux en MotoGP sur la grille 2023.

Maintenant, nous savons où se trouve Belchatov

Si Belchatow ne s’est pas présenté sous la forme de sa vie en Plus Liga (leur championnat domestique), ils ont affiché une forme étincelante, avec seulement deux victoires lors de leurs cinq dernières rencontres, face à Odois. Heureusement, Ramon Ferragut, qui s’est bien remis d’une entorse à la cheville, a marqué des points. Sur le bloc, Kolev a été efficace. Au milieu du deuxième set, Falasca, l’entraîneur-chef des Centurions, a écarté Rivas, puis a remplacé Ramon Ferragut par Vettori (qui reviendrait rapidement) au premier rang. Rivas est réapparu et a marqué, tout comme Kolev, Geoffroy, Vettori ou Zosia, qui ont amené Falasca sur le terrain… Surtout, il a été difficile de secouer ces talentueux et courageux Polonais qui ont empoché le deuxième acte : 20-25.

Lire Aussi :  Walid Regragui, la consécration d'un pari réussi

Le troisième set était plus bâclé que le précédent, et Odois s’appliquait davantage. En fin de set, les hommes de Falasca, à contrecœur, lâchent prise : 22-25. Perdre 0-3.

Match retour le 14 décembre à Belchatow. Ce samedi, le feu rouge se déplace à Cambrai dans le Championnat de Narbonne (20h). En attendant, tous les fans de volley narbonnais auront appris où placer Belchateau sur la carte…

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button