le king Giroud délivre des Bleus qui filent en demi-finale de la Coupe du monde

L’équipe de France s’est qualifiée pour les demi-finales de la Coupe du monde en dominant l’Angleterre (1-2) samedi soir. Ils rencontreront le Maroc mercredi.

Envoyé spécial à Al-Khor

Le rêve continue et les espoirs les plus fous l’accompagnent. Qui aurait prédit le 16 novembre, lors de l’arrivée des Bleus à Doha, qu’ils pourraient atteindre les demi-finales de la Coupe du monde ? Avouons-le, peu de gens. Presque personne, car les absences ont été nombreuses et le groupe a été décimé. Mais Didier Deschamps et ses troupes, comme les Français en général, ne sont jamais aussi bons face à l’adversité. Pour trouver des ressources inattendues. Samedi, dans le désert qatari et le magnifique stade Al-Bayt aux tentes bédouines, les champions en titre ont battu l’Angleterre d’Harry Kane (1-2), au terme d’un quart de finale haletant, tantôt fermé, tantôt tendu, mais surtout idéalement décanté par Olivier. Giroud symbole d’une équipe de France qui ne lâche jamais rien au Qatar. Jusqu’où ira le blues ? Deux autres allumettes et la troisième étoile peuvent être brodées sur la tunique frappée du coq. Impensable… Mercredi, il faudra déjà se débarrasser du Maroc, incroyable vainqueur du Portugal (1-0) quelques heures plus tôt. L’aventure continue. Et elle est déjà belle. Séduisant. Il reste à être doublement historique.

Lire Aussi :  Thibaud Flament, possible titulaire contre l'Italie : « Il faut saisir les occasions »

Véritable combat de boxe, héros capitaine Loris

Lors du premier acte, on se croyait quatre ans en arrière au pays de Vladimir Poutine, avec un blues discipliné et solide autour du maestro Antoine Griezmann. Avec son positionnement, sa capacité à rentrer dans les brèches à droite et sa capacité à réussir le recul défensif avec son volume de jeu, Grizo a donné le ton et montré la voie à ses partenaires. Il leur suffisait de le suivre pour empêcher le plan des Anglais. Avec un plan très clair face à Mbappe, Deschamps et son staff connaissaient les espaces ouverts du côté opposé. Et il a fait mouche sur le contre français initié par Upamecano, transféré par Hernandez et Mbappe, puis Dembele et Griezmann avant un tir des 25 mètres du chirurgical Choameni, qui a rappelé un certain Paul Pogba en Russie (0-1, 17e).

Derrière, les Anglais, empalés d’orgueil, poussaient, mais que ce soit Shaw (21e), Kane (22e29e) ou Bellingham (47e), est tombé sur un grand Lloris, qui était censé être le “talon d’Achille” des Français comme le rapporte la presse anglaise cette semaine. Il n’y a pas non plus de quoi brûler, car les Three Lions n’avaient pas grand-chose à envier à l’équipe de France. Par leur densité physique, à l’image de la lutte entre Maguire-Stones et Giroud ou leur vivacité avec Saka-Bellingham, les hommes de Gareth Southgate pouvaient regarder les Bleus droit dans les yeux. Et il est logique d’être récompensé par un penalty de Kane après la faute de Choameni sur Saka au retour des vestiaires (1-1, 52e). Implacable et presque gagné d’avance.

Lire Aussi :  Bundesliga – Six mois après le diagnostic de son cancer, Haller voit enfin la lumière au bout du tunnel avec Dortmund

REGARDE AUSSI – France-Angleterre : “Quel match !” Quelle folie ! Quelle ambiance !”, s’amuse Martin Couturier

Giroud, sauveur du pays

Un vrai match de boxe s’ensuit, chacune des deux équipes étant au bord de l’effondrement. Frapper les Français, avec un Saka insoutenable (60e) et Maguire imprécis (70e), puis les Anglais, sur deux parts de Giroud (75e77e). A propos de deux clans sur le point de s’effondrer. Et dans ces cas-là, les grosses personnes les gros matches. Un moment sauvé par Olivier Giroud pour mettre tout le monde d’accord et mettre en place une tête détournée par Maguire pour tromper Pickford (1-2, 78e). Sur le banc français, Didier Deschamps s’est réjoui avec son staff lorsque les remplaçants sont entrés sur le terrain pour féliciter le meilleur buteur de tous les temps des Bleus sur son 53e but en sélection, son 4ee au Qatar. Mais rien n’était écrit dans ce quart de finale qui sentait le soufre entre les anciens rivaux. Lors d’une défense rude derrière Mount, Hernandez a offert de nouvelles munitions, après arbitrage vidéo, à Kane depuis le point de penalty… Mais cette fois, l’ami de Lloris a tiré dans les tribunes du stade Al-Bayt (84e). Pour le plus grand plaisir des champions du monde relevés, tout proches de la punition. Ils trembleront jusqu’à la fin. Jusqu’au bout, l’Angleterre pressera comme sur le dernier coup franc de Rashford (90+8).

Mais cette équipe nationale de France a quelque chose de divin depuis le début de cette Coupe du monde. Avec l’Argentine et la Croatie, c’est la seule grande nation au monde à assumer son statut quand tout le monde a baissé la tête et est rentré chez lui. Plus d’une équipe tomberait avec la cascade de forfaits connue des Bleus. Plus d’une nation s’embourgeoiserait après son titre mondial. Quatre ans plus tard, les ambitions sont intactes. Avec Didier Deschamps toujours aussi affamé, cette équipe de France a tout pour réaliser un doublé inédit en plus de 60 ans d’histoire du football. Mercredi, ils affronteront le Maroc, vainqueur du Portugal. Et ces bleus n’ont pas fini d’en parler. L’historique est inclus. Il reste encore deux chapitres à écrire. Le plus beau. Le plus grand.

REGARDE AUSSI – France-Angleterre : On a souffert, mais on a tout donné et on peut aller jusqu’au bout”, se réjouit ce supporter des Bleus au Qatar

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button